Blog

La peur (de l'orage) et le chien.

La peur de l’orage.- les phobies- que faire pour le chien?
Orage

Occupez vous de lui s'il a peur.
Contrairement au lieu commun, vous ne renforcerez pas sa peur

 

La peur est une émotion instinctive, intrinsèque, qui ne peut être renforcée par l'apprentissage. On a peur ou on n'a pas peur de quelque chose. Vous pouvez toujours répéter à un adulte de ne pas avoir peur des couleuvres. Ça ne marchera pas, mais pour autant ce n'est pas vous qui lui avez appris à craindre les couleuvres. Inversement, ignorer un animal en stress ou en détresse peut avoir des conséquences très graves. C'est ainsi, par exemple, qu'une amie a perdu son chien pendant un feu d'artifice. Elle n'avait pas perçu son état de stress, ou l'avait négligé. Il  s'est enfui en mode survie aux premières fusées. (Il a heureusement été retrouvé huit jours plus tard à plusieurs kilomètres)

A propos du comportement à adopter en cas d'orage, il convient de distinguer deux cas:
PhobieSi votre chien ignore l'orage, ou  simplement peut paraître préoccupé mais reste tranquille, et ne vient pas chercher refuge au prés de vous, c'est qu'il gère l’événement de façon totalement autonome. Il ignore certainement cette peur, en tout cas la domine. Pas besoin d'aller le cajoler car ce faisant vous risquez de lui indiquer qu'il y a  une situation anormale, et de le conditionner à venir chercher refuge à chaque orage. Il faut donc éviter ce comportement protecteur avec un chien détendu. Il vaut bien mieux simuler une ambiance de fête pour que ce chien associe le tonnerre avec jeux et festivités.
Par contre, si votre chien est effrayé et vient chercher refuge prés de vous, acceptez le, cajolez le et rassurez le. Il a besoin de vous et vous devez répondre pèsent. Là il est trop tard, le chien a déjà peur, et c'est très inconfortable pour lui. En le soulageant, vous renforcez votre relation, et vous ne risquez pas de renforcer sa peur.  Imaginez vous , madame, debout sur un tabouret, terrorisée par deux souris qui cavalent sur le parquet, pendant que votre compagnon s’empiffre de chocolat en regardant la télé, et que pour tout réconfort il vous dise « désolé, je ne t’offre pas de chocolat car je ne voudrais pas t’apprendre à avoir peur des souris ». Hum...CQFD

Ayez à l'esprit cette expérience de Watson, ou l’on vérifie qu’un enfant, au début de l'observation, n’a pas peur des rats blancs. Puis on décide de déclencher un bruit terrifiant à chaque fois que 'enfant apercevra un rat blanc. Au bout de quelques répétitions, l’enfant aura définitivement peur des rats blancs. Cela pour dire que ce n’est pas l’orage qui a déclenché la peur du chien. Ce sont des phénomènes ou des événements passés et traumatisants aux quels le chien a associé le tonnerre et les éclairs, alors que eux n’ont pourtant jamais seulement chatouillé le chien-.

En réalité, l’idéal est de faire de la prévention.
Pour le chiot: Renforcer la résistance aux phobies ultérieures, et notamment aux orages, en habituant le tout jeune chiot à composer avec des émotions inconnues, et notamment à dominer le stress: l’homéostasie sensorielle (Clic pour en savoir plus) . Pour cela, on devra l’accoutumer à rencontrer des situations ou des événements imprévus pendant les premières semaines de sa vie (période d’attraction et de socialisation). C’est le rôle de l’éleveur (jusqu'à huit semaines) puis du propriétaire avec éventuellement l’aide d'un éducateur ou de l’école du chiot (avant quatre mois).
Pour le chien: Vous pourrez prévenir la montée en puissance de la phobie dés les signes annonciateurs (bourrasque ou tonnerre lointain), en dédramatisant la situation: simuler une fête joyeuse (youpi, caresses et jeux; etc), de sorte que pour le chien les signes annonciateurs d'orage deviennent  annonciateurs de moment de fete et de convialité et en jouant avec le chien qui vient se rassurer,.
Pour un chien déjà phobique, notamment aux orages, on pourra se servir de la réponse émotive sensorielle pour contre conditionner les peurs ou les angoisses. Il s’agit alors de rendre agréable ce qui avait été associé à du désagrément ou à du danger : le tonnerre ou l’éclair (par exemple) en les associant à une poignée de gourmandises ou à un gros câlin, tout le temps que dure l’orage. (clic ici pour voir le principe d'une désensibilisation au clicker ).

Chien labrador calins avec ours en peluche 19 131116

Apprendre le Treibball à son chien

Le treibbal (ou push ball) :sport pour tous les chiens

Connaissez vous le treibball?pushball1.jpg

Le « Treibball » (encore appelé  « push » ball) est un sport canin né en Allemagne. Il est conçu pour des chiens actifs qui ont besoin  d’être stimulés physiquement et mentalement pour leur bien être. Mais c’est également un moyen ludique pour créer et entretenir une relation étroite et durable entre le chien et son maitre.  

Tous les chiens de tous âges et de toutes tailles peuvent pratiquer le « treibball . Il s’agira de pousser des ballons, (huit  en compétition), et de les faire passer entre des poteaux de but (comme des buts de foot). Ce jeu développera, chez le chien, un certain nombre de compétences de base : savoir réfléchir et prendre des initiatives,  savoir s’orienter, savoir être attentif et se laisser guider, savoir courir loin du maitre et savoir faire avancer quelque chose (et notamment une boule), etc . 

treiball-2.jpgOn utilise des ballons gonflables, qui servent aux humains pour certains exercices de gym ou pour des étirements.  On trouve ces balles ou ces ballons, (également appelé ballons suisses ou des boules de Pilates), dont le diamètre varie jusqu’ à 75 cm, dans les magasins de sport. Pour le Treibball, on utilisera un ballon d’un diamètre au moins égal à la hauteur de l'épaule du chien. Une balle trop petite peut provoquer une excitation excessive du chien, et la tentation de le mordre.

Au début, vous n'aurez pas besoin d'un grand espace; vous pouvez faire l’apprentissage dans une petite cour. Il est même possible de s'entraîner à l'intérieur : un couloir, ou un espace dans le salon suffiront. Cependant, par la suite, l’idéal sera de disposer d’un jardin, ou d’habiter à proximité d’un terrain plat. 

Comment initier le chien au Treibball? La voie qui semble la plus simple est le renforcement positif. Cette méthode permet, même à distance, l’acquisition rapide et fiable de comportements précis. En outre, elle vous encourage à être créatifs et à expérimenter différentes façons de mettre votre chien en place pour réussir. 

team-bumper.jpg

Comment enseigner les bases du treibball à votre chien

Voici, en vidéo,  une initiation au clicker, des gestes de bases du treibball. ( par Dona HILL)

 Ci-dessous , les significations de chacun des commentaires qui apparaissent au cours de la vidéos
1) Commencez par apprendre au chien à toucher la cible avec le nez (dans votre main).
2) Apprenez au chien à pousser sans mordre la cible. (introduire le signal « push » ou « pousse »)
     Apprendre à toucher la cible sur une porte
     Apprendre à pousser la cible en fermant la porte
3) Lui faire acquérir  des compétences sans ballon
    « Fais le tour »  (d’une chaise par exemple)
    « Attends »
4) Apprenez au chien à  pousser  doucement sur le ballon (bloqué entre vos jambes) (signal « push » ou « pousse »)
5) Faites lui pousser le ballon vers vous,  entre vos jambes (esquisse de buts)
6) Caler le ballon et l’immobiliser permet au chien de distinguer que ses mouvements ne font pas bouger le ballon, sauf s’il le pousse volontairement.
7) Libérez les mouvements du ballon
8) Apprendre au chien à se déplacer derrière le ballon quand il est dans un coin (« fait le tour »)
9) Ajouter de la distance et demander au chien de répéter les coups en avant
10) S’installer dans différents environnement et sur différentes surfaces et, à chaque fois, recommencer l’apprentissage depuis le début.
11) Augmentez votre distance par rapport au ballon. 
12) Commencez à rester immobile et à envoyer, à distance, votre chien vers le ballon 


Lire la suite

Apprendre à son chien à ne pas sauter

Il est fréquent qu'un chien ait pris l'habitude de sauter pour exprimer ou obtenir quelque chose:(sauter pour exprimer sa joie, ou pour atteindre un jouet tenu dans la main de son maître, sauter pour accueillir des visiteurs, ou sauter sur les genoux pour se faire câliner
Il sera utile pour le chien et pour son entourage que ce comportement soit éradiqué. C'est facile à obtenir. Il faut, comme pour tout comportement gênant, simplement lui apprendre à adopter un autre comportement, dit de substitution, et plus agréable pour l'entourage.
Par exemple:
remplacer sauter sur un canapé, ou sauter sur les genoux de la personne qui y est assise,  par s'asseoir poliment et attendre d'être éventuellement invité à grimper,   
remplacer sauter sur les gens, par faire un beau "salut" :sorte de génuflexion que le chien fait  spontanément quand il s'étire (arrière train debout, pattes avant allongées, museau au sol)
remplacer sauter quand son maître saisit la laisse (avant la promenade) par s'asseoir gentiment, ou ,s'il y a trop d’énergie, par faire des tourniquets sur place en restant les pattes au sol.

Voici deux exemples en vidéo  qui indiquent comment faire pour apprendre, en renforcement positif (avec ou sans clicker), à ne plus sauter.
Dans les deux cas, l’éducatrice a déja observé à quel moment le chien a pris l'habitude de sauter. Alors pour la séance de rééducation, elle place le chien en situation de sauter, et elle anticipe en  récompensant le chien d’être au sol ou d’être assis (avant qu'il ne saute). Notez que si le chien vient à sauter elle l'ignore tout simplement. Puis elle replace le chien en situation, et reprend l'exercice. Le chien va rapidement savoir faire la distinction entre le comportement attendu (qui rapporte une gratification) et le comportement non désiré qui provoque le détournement de l'éducatrice. Aprés quelques répétitions, par habitude il n'adoptera plus que le bon comportement.
Ne pas oublier toute fois, qu'un comportement jamais renforcé s'éteint à la longue. Donc si vous ne voulez pas que le chien se remette à sauter un jour, obligez vous à le récompenser par des caresses et des compliments et parfois, aléatoirement, en lui donnant une friandise ou autre chose qu'il aime  (un jouet par exemple, ou un départ en promenade).


Meerci au Dr Sophia Yin

pattes2-4.jpg

Merci à Emily Larlham

pattes2-5.jpg

Mon chien est mal élevé ! Lui enseigner les bonnes manières.

Par moments vous n'aimez pas la façon dont votre chien se comporte. A ce moment là, au lieu de vous  demander: «Comment puis-je arrêter ça?" demandez-vous "que puis je lui faire faire à la place?"  

Partez du principe que  si le chien  adopte ce comportement, naturel pour lui, mais qui vous dérange, c’est qu’il a une raison, un but, une attente. Commencez donc par déterminer ce que le chien compte obtenir ou  retirer comme avantage, ce qui motive son comportement. Vous pourrez alors utiliser cette motivation comme récompense pour  lui enseigner un nouveau comportement qui lui permettra d’obtenir ce qu’il espere  tout en restant bien élevé.( Comportement de substitution, qui celui là, vous sera agréable )

chien-assis.jpgPar exemple, est-ce qu'il aboie pour attirer l'attention?   Apprenez-lui à venir s'asseoir en face de vous en vous regardant (contact visuel ) pour attirer l'attention.   
Ou vient-il mendier de la nourriture au tour de la table?   Apprenez-lui à se coucher et à attendre sur un tapis ou un coussin pendant le repas. Sa récompense sera un petit reste ou une friandise qu’il obtiendra à la fin du service.
Saute-il sur vous, ou sur vos invités, pour vous faire fête ? Vous  faites bien fête à vos visiteurs n'est ce pas?  Alors, apprenez lui à s'asseoir à un mètre et à tendre la patte par exemple (ou à lever les deux pattes avant). Vous devrez alors aller lui faire fête systématiquement, mais vos visiteurs seront ravis.

Lorsque votre chien se comporte poliment, surtout s’il le fait parce que vous le lui avez enseigné,  assurez-vous de le renforcer en temps opportun!  En effet, il est si facile d'oublier de reconnaître le mérite d' un chien qui est assis ou couché tranquillement, ou qui fait sagement ce que l’on attend de lui. Ce genre de négligence va créer de la frustration chez le chien qui ne saura plus trop comment communiquer avec vous. Il  sera alors susceptible de revenir à un comportement indésirable, ne serait ce que pour réussir à vous interpeller.

Les colliers électriques

Certaines personnes posent parfois la question du collier électrique, et de son efficacité. 
Pour ma part, je  répondrais qu'il présente trois inconvénients majeurs et rédhibitoires.


blessure collier  3.jpg1) Quand un animal rencontre quelques chose de désagréable ou de douloureux , il a le choix de persister , ou de se retirer.  Donc de s'éloigner de la source douloureuse quand il l'a identifiée. Il a le choix entre faire une chose interdite et recevoir une sanction, ou ne pas faire l'interdit pour ne pas recevoir la sanction. Le collier, lui, est fixé à son cou, et donc le chien ne peut s'éloigner de la source douloureuse. Quoi qu'il fasse, le bien ou le mal, Il n'est plus maître de mettre un terme à une sanction  ou à une menace de sanction. Imaginez la frustration voir la névrose qui s'en suit. Et un caniche névrosé c'est un chien qui, au pire, bouffe une pantoufle ou qui fait des trous dans le jardin, un molosse névrosé ça peut être une grenade dégoupillée. En tout cas, grand ou petit,  c'est un chien mal dans sa peau et qui souffre. C'et vrai que beaucoup de propriétaires utilisateurs de colliers electriques ne s'en aperçoivent pas parce que les chiens supportent bien des choses sans toujours le montrer.

blessure collier électrique 2.jpg


2)Lecollier de dressage peut éventuellement donner des résultats attendus en dressage, à partir du moment ou le chien se soumet pour éviter de souffrir physiquement. Et dans ce cas c'est un chien robotisé, pas un chien éduqué.Ça ne donnera pas  de  résultats satisfaisants  comme anti fugue, car le chien reçoit une décharge sans que ne soit bien visible la limite à ne pas franchir. Un fil visible sera bien plus efficace. La clôture électrique (limite bien visible de territoire, même quand elle est débranchée)  et le collier anti fugue (limite invisible, même avec les avertisseurs sonores), sont comme  le gendarme en bord de route et le radar embarqué. En présence du premier  vous levez le pied  si vous êtes en dépassement de vitesse autorisée. A cause du second (que vous ignorez bien sûr) vous recevrez un PV à postériori, et après vous chercherez où vous l'avez choppé. Dans le premier cas on a réussi à vous  imposer la limite de vitesse, dans le deuxième cas on vous a juste piégé. Peut être que le mieux c'est un limiteur de vitesse, c'est à dire pour le chien une bonne vielle clôture en grillage au tour du terrain.


3)Le collier de dressage est une torture contrairement à ce que disent les fabricants ou les vendeurs. Si le chien ne se soumet pas à la première impulsion électrique, soit parce qu’il n'a pas compris comment interrompre la sanction (s'il n'a pas compris ce que l'on attend de lui) soit parce que comme beaucoup de chien il résiste au mal,. Il risque alors de graves blessures.

Blessure de collier a pointe (1).jpg

.

.

Si vous avez aimé ce billet, faites le savoir et aidez le site
en cliquant sur le bouton de votre réseau social préféré

Le manque de sucre pour le cerveau: Incidence sur le comportement du chien

Un éclairage nouveau sur le comportement de nos chiens

 Après des efforts prolongés, l’encéphale des humains et des chiens fatigue et augmente leur impulsivité, leur agressivité, ainsi que des prises de risque inconsidérées.
L’homme et le chien éprouvent tous deux des difficultés à gérer l’effort de concentration. Comme pour les humains, quand on demande aux chiens de faire quelque chose de difficile, leur cerveau se met à consommer beaucoup de glucose, au point d'en manquer. Cette carence peut avoir des conséquences fâcheuses, et parfois, au point  de provoquer des comportements aberrants  (comme se jeter sous une voiture ou faire tomber un enfant en le bousculant). C'est ce que démontre une étude réalisée par des chercheurs à l’université de Lille, en collaboration avec l’université du Kentucky. (publiée en ligne dans la revue Psychonomic Bulletin & Review)

L’expérience

Comment pour les besoins de l’étude provoquer une hypoglycémie cérébrale ? Leur faire faire un exercice physique ou les faire jouer n’était pas la solution car, dans un organisme en bonne santé et correctement alimenté, l’augmentation du rythme cardiaque favorisent le transport vers le cerveau du carburant nécessaire fourni par le foie.
  Pour faire diminuer le taux de sucre cérébral, et seulement cérébral, les chercheurs ont donc demandé à un groupe de  chiens de rester assis, immobiles, pendant 10 minutes. Pour solliciter d’avantage la concentration et le self contrôle des chiens, ils ont lâché une souris mécanique dans la pièce.
 Ensuite, chaque chien a été conduit dans une autre pièce où se trouvait une bull terrier particulièrement  agressive. Les chiens se sont révélés impulsifs, et, téméraires ils  se sont précipités vers le  dangereux molosse, heureusement contenu par les barreaux d’une cage.
  Les chiens d’un autre groupe qui n’avaient pas été soumis à l’épreuve de l’immobilité, mis dans la même pièce, se sont montrés plus prudents et sont restés sagement à l’écart du molosse.
  Les chercheurs en ont donc conclu, test sanguin à l’appui, qu’une forte contrainte peut entraîner une hypoglycémie et une prise de risque inconsidérée.
Ce qui corrobore d’autres études faites sur des personnes qui, dans le même type d’expérimentation, n’avaient absolument pas conscience d’avoir pris un risque plus important qu’à l’ordinaire. (plus d'infos en fin de chapitre : le paragraphe consacré à l’homme et à la diminution des capacités cognitives)


glycemie-et-comportement.jpgAprès un effort de contrôle sur eux-mêmes, le cerveau des chiens peut manquer d'énergie.
À gauche, Patrick, qui n'a pas participé à l'exercice.
À droite, Katie, épuisée après être restée assise immobile pendant dix minutes.
Son baillement signe bien son extreme lassitude (voir signaux d'apaisement) 
(Photo Figaro sante) 

Lire la suite

L'abandon !

Comment tu as pu ?

"Quand j´étais un chiot, je t´amusais avec mes cabrioles et je te faisais rire. Tu m´appelais ton enfant, et ceci malgré plusieurs chaussures grignotées, sans oublier quelques coussins déchiquetés. Je suis vite devenue ta meilleure amie. Chaque fois que je faisais une bêtise, tu agitais ton doigt en me demandant ’’Comment t´as pu ?’’ - mais tu me pardonnais vite et tu me faisais de gros câlins.
J´ai mis un peu plus de temps que prévu avant de devenir propre parce que tu étais très occupé, mais nous y sommes arrivés à la fin. Je me souviens de ces nuits tout près de toi, dans ton lit où j´écoutais tes confidences et tes rêves les plus secrets, et je croyais que la vie ne pourrait pas être meilleure. Nous avons fait de longues balades et des jeux dans le bois, des balades en voiture, des pauses pour manger une glace (je n´avais droit qu'au biscuit parce que la glace est mauvaise pour les chiens, à ce que tu disais) et je faisais de longs sommes au soleil en attendant que tu rentres le soir.
Peu à peu tu as commencé à passer plus de temps au bureau, et plus de temps à chercher une compagne. J'étais patiente, je t'attendais sagement à la maison, je t´ai réconforté après les déceptions, quand tu avais le coeur brisé, je ne t´ai jamais grondé quand tu prenais la mauvaise décision, et je te faisais une de ces fêtes quand tu rentrais ! Et puis tu es tombé amoureux. Elle, maintenant ta femme, n´aime pas les chiens, mais je l'ai accueillie dans notre maison. J’ai essayé de lui montrer de l´affection, et lui ai obéi. J´étais heureuse parce que tu étais heureux.

Et puis les bébés sont arrivés et j´ai partagé ta joie. Ils me fascinaient, tous roses, avec leurs odeurs particulières, et je voulais aussi être leur maman. Seulement, elle et toi aviez peur que je leur fasse du mal, et la plupart du temps, j´étais punie et renvoyée dans une autre pièce, ou dans ma niche. Ah ! Comme j´aurais voulu les aimer, mais je suis devenue une prisonnière de l´amour.
Quand ils ont commencé à grandir, je suis devenue leur amie. Ils s´accrochaient à ma fourrure et se servaient de moi pour se mettre debout sur leurs petites jambes instables. Ils mettaient leurs doigts dans mes yeux, ils fouillaient mes oreilles, et m´embrassaient sur le museau. J´adorais tout d´eux, quand ils me touchaient, parce qu´à ce moment là, c´était rare que toi tu me caresses encore, et je les aurais défendus avec ma vie en cas de nécessité. Je rentrais en cachette dans leur lit et je partageais leurs soucis et leurs rêves secrets; ensemble nous attendions l´arrivée de ta voiture.
Autrefois, quand les gens te demandaient si tu avais un chien, tu sortais de ton portefeuille une photo de moi et tu racontais mes exploits. Ces dernières années tu répondais seulement ’’oui’’ et tu détournais la conversation. Je n´étais plus ton chien, j´étais devenue ’’un’’ chien, et tu commençais à regretter l´argent dépensé pour moi. Maintenant, tu as l´occasion de faire avancer ta carrière dans une autre ville, et toi et eux vous allez habiter un appartement où les chiens ne sont pas admis. Tu as pris la bonne décision pour ta famille, mais il y avait une époque où c´était moi ta seule famille.

J´étais heureuse quand tu m´as mise dans la voiture, jusqu´au moment où nous sommes arrivés au refuge. Ça sentait les chiens et les chats, la peur, le désespoir. Tu as rempli les papiers et tu as dit que tu étais sûr qu´ils allaient me trouver une bonne maison. Elles ont haussé les épaules et t´ont regardé tristement. Elles connaissent la triste vérité : les difficultés de placer un chien qui n´est plus tout jeune, même un chien avec des papiers en règle. Tu as été obligé d´arracher les doigts de ton fils qui restaient accrochés à mon collier, pendant qu´il hurlait ’’Non, papa, s´il te plaît, ne les laisse pas prendre mon chien !" Et je me suis inquiété pour lui, de la leçon que tu venais de lui donner sur l´amitié et la loyauté, l´amour et les responsabilités, le respect de la vie, de toutes les vies. Tu m´as tapoté gentiment la tête, en guise d´adieu, en évitant bien de me regarder dans les yeux et tu as refusé de prendre mon collier et ma laisse. Tu étais en retard - un rendez-vous - Maintenant, moi aussi  j´en ai un.

  Quand tu es parti, deux gentilles dames ont dit que tu savais sûrement, il y a quelques mois déjà, que tu allais déménager, mais que tu n´as pas cherché à me trouver une autre famille. Elles ont secoué la tête et se sont demandées ’’Comment t´as pu ?’’. Elles nous traitent aussi bien que possible, ici au refuge, compte tenu de tout le travail qu´elles ont. Elles nous nourrissent, bien sûr, mais depuis quelques jours, je n´ai plus faim. Au début, dès que quelqu´un passait devant ma cage je levais la tête, dans l´espoir de te voir - pensant que tu avais changé d´avis - que c´était un mauvais rêve - ou j´espérais que ce serait quelqu´un qui m´aimerait, qui prendrait soin de moi, me sauverait. Quand je me suis rendu compte que je ne pourrais pas rivaliser avec les autres chiots qui folâtraient pour attirer l´attention, je me suis retirée dans un coin de la cage et j´ai attendu.

  J´ai entendu ses pas quand elle est venue me chercher à la fin de la journée, et je l´ai suivie docilement dans une autre pièce. Une pièce tranquille, silencieuse. Elle m´a mise sur la table et elle m´a frotté les oreilles, elle m´a rassurée, elle m´a dit de ne pas m´inquiéter. Mon coeur battait à tout va en pensant à ce qui allait venir, mais j´avais aussi un sentiment de soulagement. -La prisonnière de l´amour n´avait plus de jours devant elle-. Telle est ma nature, je me faisais plus de souci pour cette femme. La charge qui pèse sur elle est lourde, ça je le sais, comme je devinais autrefois chacune de tes humeurs. Doucement, elle a mis le garrot autour de ma patte, une larme coulait sur sa joue. J´ai léché sa main, tout comme je te réconfortais, il y a tant d´années de ça. Elle a mis l´aiguille dans ma veine, en professionnelle. Quand j´ai ressenti la piqûre et le liquide froid qui gagnait mon corps, je me suis allongée, je l´ai regardée dans ses yeux si gentils, et j´ai chuchoté ’’Comment t´as pu ?’’

Peut être parce qu´elle comprenait le langage des chiens, elle m´a dit: ’’Je suis vraiment désolée’’. Elle m´a câlinée et elle m´a vite expliqué que c'était son devoir de s´assurer que j´allais dans un endroit meilleur, où je ne serais ni ignorée, ni abusée, ni abandonnée, où je ne devrais pas me défendre toute seule - un endroit où il y a de la lumière, de l´amour, tout à fait différent de notre terre. Dans mon dernier souffle j´ai essayé, en remuant ma queue, de lui faire comprendre que ce n'est pas à elle que je voulais dire: ’’Comment t´as pu ?’’...

C´est à toi, mon Maître adoré, que je pensais.
Je penserai à toi et je t´attendrai toujours.  
Puisse tout le monde, dans ton entourage, continuer à te montrer autant de loyauté."

JIM WILLIS
http://www.crean.com/jimwillis

 

Une note de Jim Willis l´auteur :
Si "Comment t´as pu ?" a mis des larmes dans vos yeux en le lisant comme cela me l´a fait alors que je l´écrivais, c´est parce que c´est l´histoire de millions d´animaux qui meurent chaque année dans des chenils dans le monde entier.
Tout le monde est bienvenu à distribuer cet essai dans un but non-commercial, aussi longtemps qu´il est distribué correctement avec l´avis du copyright. S´il vous plaît utilisez-le pour aider à l´éducation, sur vos websites, dans des bulletins d´information, dans les refuges pour animaux et tableaux d´affichage du bureau du vétérinaire.
 Dites à chaque adoptant que la décision d´ajouter un animal familier à la famille est une décision importante - pour la vie-, et que en cas d'obligation, la recherche d´une autre maison appropriée pour son animal est de sa responsabilité ..

fanny.jpgFanny en revient, du refuge SPA.
Aujourd'hui je sais qu'elle ne méritait pas ce qui lui est arrivé...
Pas moins que les autres