L'éducation du chiot par la méthode naturelle

Ce n’est plus l’homme qui oblige l’animal à se mettre à son niveau, c’est l'fomme qui se met au niveau de l'animal. Grâce à une éducation précoce axée sur le jeu, tous les chiots apprennent à s’intégrer dans la société humaine. En même temps, leurs maîtres s’exercent à les comprendre et à les diriger.
L’Ecole a pour but d’éveiller le chiot, de lui ouvrir l’esprit, de lui apprendre à supporter le stress qu’il rencontrera dans son existence, et de lui apprendre à répondre correctement à quelques ordres simples en s’amusant avec son maître.
L'education du chiot par la Méthode Naturelle est conçue sur un mode dynamique et interactif, afin de permettre aux jeunes chiens de s'épanouir en sécurité et en confiance.
Le chiot de demain sera joyeux et obéissant, il doit se comporter amicalement avec les humains ainsi qu'avec les autres chiens, il ne doit pas être craintif ni être une source de nuisance.

 

chien-enfant-complices.jpg

Pourquoi l’éducation si jeune ?
Il faudrait que  l'éleveur fournisse un taux de stimulations suffisant pour que le chiot puisse avoir une bonne homéostasie sensorielle. C'est-à-dire qu'il supportera les stimuli (visuels, olfactif, tactiles, etc.) même s’ils sont inhabituels ou très élevés.
En observant les chiots qui arrivent à l'Ecole on trouvera différentes réactions qui dépendent de ce bon départ dans la vie. L'objectif c'est de les amener, le plus tôt possible, à considérer l'univers de façon sereine en banalisant ce qui pourrait être perçu instinctivement comme potentiellement dangereux.
La période la plus importante, pour la mémorisation des bases d’apprentissage et pour la constitution d’un « tempérament » est comprise d’une manière générale, entre 3 semaines et 6 mois.
Certains diront que le chiot veut naturellement faire plaisir à son maître, en fait il est comme le petit enfant qui teste son environnement, le maître est là pour encourager ou rectifier tel ou tel comportement.

Que peut apporter l’école du chiot au maître, et à sa famille ?
Le grand problème de cohabitation entre le chiot et son maître, s’il est néophyte, se situe surtout au niveau de la communication.  Le maître, sa famille, ses enfants, vont apprendre quelle est la relation homme-chien la plus efficace, qu’est-ce qu’une autorité saine pour se faire respecter sans brutalité, quelle est la place du chiot dans la maison, comment communiquer avec lui, comment améliorer son comportement social, comment réagir lors de comportements inadaptés, comment éviter que le chiot ne soit une gêne pour les passants (les gestes citoyens).
C’est pourquoi, la famille (et particulièrement les enfants) est invitée à assister ou participer à ces cours

Réduire l’effet pygmalion.

Le chiot peut réagir à l'angoisse du maître, à ses états émotionnels, à ses blocages psychologiques. Afin de dédramatiser la situation et de rendre agréable la séance de travail, on proposera au maitre des jeux de rôle ou il devra se déguiser, se mettre à quatre pattes, montrer sur des chaises ou se cacher. Dès que les maîtres rient et s'amusent, les chiots sont prêts à franchir les difficultés.

Utiliser les approximations successives.
Il faut graduer les difficultés afin de ne pas choquer le jeune chien par un abord trop rébarbatif. Par exemple si on utilise le couloir à stimulations avec le passage dans l'eau, on commence par mettre quelques bassines alignées où les chiots devront patauger, on finira par des petites piscines pour enfant où ils auront de l'eau jusqu'au poitrail.  

 

La resistance au stress

Apprendre au chiot la maîtrise de ses comportements est essentiel pour le chiot. Il doit encore faire des acquisitions importantes en ce qui concerne « l’homéostasie sensorielle ». Il s’agit d’élever le niveau de stimuli à partir duquel le chien  sera stressé. Il devra être à l’aise dans tous les milieux humains (bruits, odeurs, mouvements-ville) ou naturels (campagne, forêt, plage-ville).

Cet apprentissage doit être réalisé le plus tôt possible. Avant l’âge de 3 mois le chiot doit avoir été confronté au niveau de stimulation qu’il rencontrera à l’âge adulte.
Les cours se produiront donc un peu partout (forêt, plage, village et ville). Ils seront agrémentés de 
Stimulations visuelles : couloirs (que le chiot devra emprunter) ou pendent des banderoles, des tuyaux de mousse, des bouteilles de plastique, etc. 
Stimulations acoustiques avec des bruits divers (pétards, klaxons, tracteurs ou motos) et des CD de sons.
Stimulations tactiles comme des sols différents, des obstacles mouvants où ils peuvent se déplacer.
Stimulations olfactives constituées par des boîtes à odeurs qui contiennent des os, du poisson, des herbes, etc. Ils peuvent être attirés par elles mais ne peuvent y accéder, par contre ils peuvent avoir la friandise minuscule que tient leur maître, ce qui engendre une banalisation des odeurs attirantes. .

La ville : n’oublions pas qu’il s’agit de préparer des chiens bien éduqués pour la ville, or beaucoup de maîtres négligent ce point important. Tous les exercices  de chaque apprentissage seront faits ou  refaits en ville de sorte que tous les chiens y soient à l'aise.

La sociabilité

En jouant en liberté les chiots continuent à travailler le langage canin, qu’ils avaient commencé à apprendre avec leur mère, leurs frères et leurs sœurs. Ils continuent ainsi leur imprégnation à l’espèce.
La sociabilité aux étrangers
Elle est encore plus importante et il est intéressant d’introduire parmi les chiots, des catégories d’humains différentes : Adultes (hommes et femmes), enfants adolescents, enfants en bas âge. On peut également s’amuser à déguiser certains d’entre eux avec uniforme, casque, blouse, masque de carnaval, etc. En aucun cas le futur chien ne doit craindre tel ou tel humain.

les manipulations

Elles sont fondamentales et contribuent à la socialisation. Elles préparent les chiens à supporter, sans rechigner,  tous les contacts et les manipulations de la part : d’un enfant dans la rue, d’un vétérinaire (plus besoin de muselière), d’un juge d’exposition ou de travail, d’une toiletteuse, d’un facteur, etc. Les chiots passeront de mains en mains,  ils seront habitués à être examinés sous toutes les coutures (dents, oreilles, queue etc)

 

 

chien-déguisé.jpg

 

chien-socialisé-au-handicapé.jpg

 

chien-calin.jpg

 

contact-bébé-chiot.jpg

L’Obéissance

En aucun cas elle ne doit être contraignante, elle sera surtout basée sur le jeu et le plaisir du chiot. Un chien joueur c’est une véritable mine d’or pour le maître qui veut inculquer une éducation, à condition de procéder avec méthode. C’est de la distraction organisée : la balle de jeu, le jouet ou la friandise sont un aimant puissant qui sert à orienter correctement les comportements, selon les grands principes de la methode naturelle

Le rappel 
Le chiot va apprendre à venir vers son maitre quand celui-ci l’appelle Dans cet exercice les situations varieront et le maître adoptera plusieurs positions : couché au sol, assis sur une chaise, caché. A chaque arrivée, bien entendu, le chiot reçoit la friandise ou l’objet de jeu ainsi que les félicitations de son maître.

La marche au pied 
En apprentissage, la laisse ne sera pas utilisée, elle est superflue puisque le maître tient dans sa main de quoi attirer son élève. Au début le chiot est fréquemment récompensé,  tous les quelques pas, puis de moins en moins. Par la suite, on passe à la marche au pied avec des distractions.

Les positions
On lui apprendra les positions, Assis, Couché, Debout, à l’ordre, en s’aidant de l’objet de jeu ou de la friandise qu’on tient dans la main. En l’air pour le assis, vers le sol pour le couché, sur le côté pour le debout. Ainsi les signaux qu’il retiendra seront aussi bien acoustiques que visuels, ce qui permettra plus tard de le commander à distance. Les positions seront exécutées à l’arrêt, le maître devant, le chiot à son côté, mais également en mouvement pendant la marche ou sur la table, ceci avec ou sans distraction

.

images-7-1.jpg

 

Si cette page vous plait,
  soutenez nous,
cliquez ci dessous