Le jeu: composante du comportement social

Les jeux

Le jeu est naturel chez le chien, il est un élément primordial de sa construction psychologique. C’est aussi un moyen de créer, de tester et de  développer  sa relation avec les autres chiens, les autres espèces, et les humains.
Les jeux locomoteurs : en quelque sorte un moyen de faire de l’exercice. Courir, gambader, sauter, ce sont des jeux qui stimulent les muscles.

Les jeux avec des objets : au début la curiosité du chiot est attisée. Le chiot  va les renifler, les toucher, les prendre dans la bouche. Il se familiarise avec. Par la suite il va  jouer en les manipulant. Il peut se fixer sur certains jouets fétiches ( la balle ou la corde du chien) et s'y attacher. Mais souvent le chien se désintéressera plus ou moins vite de l’objet.
Les jeux sociaux font intervenir plusieurs animaux, essentiellement des jeunes, parfois la mère, rarement des adultes entre eux. Il s’agit essentiellement de poursuites, de cache-cache et de combats ou de prédations simulés. On voit aussi apparaitre des chevauchements qui rappellent ce que sont les postures de domination que l’on observera chez les adultes à la fin des séquences d’agression. Ces jeux sont aussi un moyen de s’épanouir et de tester son pouvoir. Ils sont la plupart du temps générés pas des signaux d’appel au jeu. Pour un observateur, ces jeux sont révélateurs : ils font apparaitre les leaders momentanés et ceux qui refusent le jeu.
Refus de jouer. Certains chiens ne sont pas spécialement attirés par le jeu. On les voit préférer farnienter  et regarder les autres s’agiter. Il faut les respecter. D’autres habituellement joueurs peuvent à certains moments refuser de jouer un autre chien: c’est souvent un simple refus de contact. Mais il peut aussi s’agir d’un signe que le chien n’est pas dans son état normal : maladie, angoisse.

Les jeux avec le maître

Les jeux entre le maître et son chien sont absolument indispensables. Ils sont  un excellent moyen de créer une relation de complicité, et aussi de commencer à installer des règles de vie. Le chiot apprendra que l’on peut jouer sans mordre et sans forcément sauter. 
Le maitre rentrera dans le jeu en lançant "allez, on va jouer !". Par contre il devra mettre un terme au jeu dès qu’il sent qu’il en perd la maîtrise.
Si le chien refuse durablement  de jouer avec son maître, c’est surement la nature de leur relation qui est en cause. Un chien qui n’a pas (ou plus) confiance en son maître, qui le craint, ou qui l’ignore ostensiblement  est une manifestation d’un dysfonctionnement dans leur relation. Le maître doit se poser des questions et éventuellement se faire aider pour trouver le moyen de rétablir la confiance et l’harmonie.

Le jeu sera un instrument utile et ludique de l’éducation. Il est agréable de dresser un chien en lui faisant faire des exercices sous forme de jeux, et le chien a plaisir à apprendre sans s’en apercevoir.